lundi, septembre 11, 2006

Maîtrise des émotions en boxe anglaise (I).

En boxe anglaise aussi, les croyances et les connaissances conditionnent les émotions qui, à leur tour, conditionnent les prises de décision et la manière de résoudre certaines difficultés.

1. Définition de l'émotion.
2. Différence entre trait de personnalité, attitude et émotion.
3. Quelques émotions rencontrées en boxes anglaise.
3.1. Emotions aux effets positifs pour le boxeur.
3.2. Emotions aux effets négatifs pour le boxeur.
4. Attitudes de l'enseignant vis-à-vis des émotions rencontrées en boxe anglaise.
4.1. Emotions aux effets positifs pour son boxeur.
4.2. Emotions aux effets négatifs pour son boxeur.
5. Faut-il favoriser les émotions aux effets négatifs chez l'adversaire de son boxeur?
6. Ouvrages consultés.

1. Définition de l'émotion.

Une émotion est l'ensemble des réactions extrêmement rapides (physiologiques, comportementales - expressives et cognitives - expérientielles) de l'organisme lorsque surviennent dans l'environnement des circonstances inhabituelles.

Illustrons cela par l'exemple d'un boxeur qui subit un "pressing" adverse.

- Réactions physiologiques (quelques-unes):

* Augmentation de la sécrétion des cathécolamines (adrénaline, nor - adrénaline), des corticoïdes,
* Augmentation de la fréquence cardiaque,
* Augmentation de l'amplitude respiratoire,
* Augmentation de la fréquence respiratoire, ...

Toutes ces augmentations ont parmi les conséquences, l'augmentation de l'aptitude du boxeur à se défendre et à attaquer.

- Réactions comportementales possibles (quelques-unes):

* Le boxeur peut hurler s'il a très mal, comme le fit Max Schmeling après avoir reçu un coup de Joe Louis au corps.

* Le boxeur peut alterner et même utiliser simultanément des techniques d'attaque et des techniques de défense,

* Le boxeur peut limiter sa réaction à l'utilisation exclusive des techniques de défense.

* Le boxeur peut être inhibé au point de ne pouvoir utiliser aucune des techniques de défense qu'il a apprises.

Dans le clip suivant, les phases d'attaque ne correspondent pas nécessairement à la définition du "pressing" mais ont suscité les réactions auxquelles nous avons fait allusion ci-dessus.

Lors des premières minutes du clip, chacun des deux boxeurs alterne techniques d'attaque et techniques de défense. De temps en temps, il y a simultanéité dans l'utilisation de ces deux types de techniques.

Vers la fin du clip (05:52), Mahyar Monshipour (culotte plus noire que rouge) adopte une attitude exclusivement défensive.

L'affrontement prend fin par arrêt de l'arbitre lorsque celui-ci se rend compte que Mahyar ne peut même plus se défendre (06:03).







- Réactions cognitives - expérientielles (quelques-unes):

Après avoir été la cible visée par un "pressing" l'expérience du boxeur en la matière se sera enrichie. Si sa réaction a été satisfaisante, il pourra se permettre de la répéter. Dans le cas contraire, il envisagera un ou d'autres comportements pour des "pressings" ultérieurs.

Si ce n'est pas la première fois que le boxeur a eu affaire à un "pressing", sa connaissance des techniques de défense et le souvenir qu'il a du (des) résultat(s) de sa (ses) réaction(s) antérieure(s) face au(x) pressing(s) auront influencé tant sa réaction comportementale lors du récent "pressing" que l'importance de ses réactions physiologiques.

2. Différence entre trait de personnalité, attitude et émotion.

Le trait de personnalité se manifeste de façon permanente chez l'individu qui en est le siège, sans faire de distinction quant à la personne ou à l'objet qui en sont victimes. Il suffit simplement que ces derniers fassent obstacle à une satisfaction immédiate pour que la manifestation ait lieu. C'est le cas de l'agressivité.

L'attitude suppose que le siège a une connaissance préalable des victimes sur lesquelles elle se manifeste. C'est aussi quelque chose de permanent mais dirigée vers une catégorie de victimes pour une raison bien déterminée. C'est le cas de l'hostilité.

L'émotion diffère de l'agressivité et de l'hostilité par sa durée comparativement brève (quelques secondes à quelques minutes). C'est le cas de la colère.

n. La suite du présent article.

La suite sera lue dans un article ultérieur.

André MUKALA NSENGU TSHIBANGU,
Prévôt Fédéral, Juge et Directeur d'Assaut.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home